L’étiquette du vin

L’étiquette du vin

L’étiquette du vin : voilà un grand sujet. Bienvenue dans ce 4e épisode du Club : le podcast grâce auquel vous apprenez le vin simplement pour enfin en profiter pleinement.

Dans l’épisode précédent, je vous ai appris comment déguster le vin. Maintenant que vous savez parfaitement comment boire du vin, nous allons découvrir les secrets qui se cachent derrière une étiquette de vin. À la fin de cet épisode, vous pourrez enfin vous y retrouver dans les rayons vin de votre supermarché ou chez votre caviste.

Penchons nous donc sur les étiquettes dans le vin. Vous allez le voir, une étiquette sur une bouteille n’est pas qu’un simple bout de papier. En premier lieu une étiquette de bouteille de vin contient de très nombreuses informations qui vous aideront à bien choisir votre vin et à savoir ce que vous buvez. Par ailleurs, l’étiquette du vin est un enjeu de communication et de marketing particulièrement intéressant à comprendre.

Les informations sur l’étiquette d’une bouteille de vin

D’abord, les informations sur l’étiquette d’une bouteille de vin. Lire une étiquette de vin est essentiel pour comprendre ce que vous allez acheter ou déguster. Juste avant de commencer, notez qu’un vin doit obligatoirement avoir une étiquette pour être commercialisé.

Les éléments obligatoires sur une étiquette

Quatre éléments sont obligatoires sur l’étiquette d’une bouteille de vin :

  • Le nom du château, du domaine ou du récoltant doit figurer sur la bouteille ;
  • L’appellation : celle-ci permet de savoir d’où proviennent les raisins et quelles méthodes de vinification ont été utilisées ;
  • La méthode de mise en bouteilles.
  • Enfin des éléments légaux comme le degré d’alcool.

Les éléments facultatifs sur l’étiquette d’une bouteille

Ensuite, vous pouvez trouver d’autres éléments facultatifs :

  • Le millésime : c’est à dire l’année de récolte des raisins. Il s’agit d’un élément important pour savoir si la bouteille est prête à boire ou si vous pouvez encore la faire vieillir dans votre cave à vin.
  • Des mentions comme “Grand Vin” ou des médailles : n’y portez pas trop d’attention, ces mentions ne sont pas réglementées et la qualité des médailles varie grandement en fonction des concours.
  • Certaines mentions sont encadrées par la loi et sont synonymes de qualité du vin. C’est le cas de certains classements comme les grands crus classés de 1855, le classement des vins de Saint Emilion, et bien d’autres. Nous pourrions faire un épisode entier sur ces classements, n’oubliez donc pas de vous abonner au club pour ne pas manquer ça.
  • La méthode de culture peut également être mentionnée sur l’étiquette. Par exemple, vous pouvez trouver le label d’agriculture biologique. Ce dernier permet d’attester que le vignoble a adopté ces pratiques. Attention toutefois, certains vignobles pratiquent l’agriculture biologique mais n’ont pas passé la certification. On ne peut donc pas dire que c’est un vin bio mais il n’en demeure pas moins que les pratiques du vignoble le sont.
  • Pour finir, l’étiquette mentionne souvent une description du vin pour vous aider dans votre choix et dans votre dégustation. Vous y trouverez une brève description des arômes, les cépages présents, une indication d’accords mets et vins et la température de service idéale. Certains vins mentionnent également le temps de garde possible.

Nous réaliserons un épisode sur comment choisir votre vin mais sachez que vous concentrer sur la région, les cépages, le millésime, les méthodes de culture et le nom du château vous permet normalement de faire un bon choix.

Pour finir, certaines étiquettes de vin vous permettent de l’authentifier. C’est le cas par exemple au Château Palmer comme l’expliquait Thomas Duroux, le directeur général, dans un précédent épisode du podcast. Une telle possibilité permet de lutter contre les contrefaçons.

Avant d’aller plus loin sur le décryptage des étiquettes bouteilles de vin, il faut savoir que certaines personnes collectionnent les étiquettes. C’est un excellent moyen de se souvenir de vos dégustations. Sachez donc que vous pouvez détacher l’étiquette d’une bouteille de vin. Pour détacher l’étiquette d’une bouteille de vin, il vous suffit de verser de l’eau très chaude, voire bouillante à l’intérieur de la bouteille. C’est quelque chose que vous pouvez également demander dans les grands restaurants ou dans les bars à vin prestigieux si vous voulez conserver ces souvenirs.

Marketing et enjeux de l’étiquette sur une bouteille de vin

Maintenant que vous connaissez les éléments de l’étiquette de vin et leur signification, je vous propose d’aller un peu plus loin pour vraiment comprendre l’étiquette d’une bouteille de vin.

Quand vous achetez du vin, vous avez parfois la chance de le gouter avant de l’acheter. C’est le cas si vous vous rendez dans des dégustations, sur des salons ou même chez votre caviste dans certains cas. Toutefois, dans la majorité des cas, vous n’avez pas la chance de gouter votre vin avant de l’acheter. Il est même possible que vous achetiez votre vin sur internet. Dans ce cas, si vous ne pouvez pas gouter le vin avant de l’acheter, votre décision d’achat se base sur un élément : son étiquette et tout ce qu’elle contient.

L’implantation de Yellow Tail aux États-Unis

Ainsi, l’étiquette d’une bouteille de vin a clairement un rôle marketing. Pour appuyer cela, je voudrai vous raconter l’histoire de l’arrivée d’une bouteille de vin aux États Unis. L’histoire se déroule au tout début des années 2000. Le marché du vin aux Etats-Unis est alors dominé par cinq grands groupes qui se partagent 50% du marché. Les autres 50% sont occupés par des centaines de petits acteurs. Par ailleurs, le marché de l’alcool en général est dominé par la bière et les spiritueux plutot que par le vin. Pourtant, un vin australien va arriver sur le marché et en prendre une part significative. Il s’agit de Yellow Tail.

On ne parle pas ici de la qualité du vin mais plutot de la manière dont il a été vendu et à quel point il fut un succès commercial. Les ventes de cette bouteille de vin sont ainsi passées de 225000 caisses lors de son lancement en 2001 à 8,1 millions de caisses en 2006. Au cours des cinq premières années de commercialisation, Yellow Tail est devenu la marque de vin à la croissance la plus rapide sur le marché américain. Mais comment expliquer ce succès dément sur un marché pourtant verrouillé par des acteurs traditionnels ? Un des facteurs qui explique grandement ce succès est : l’étiquette de la bouteille de vin.

Sur cette étiquette on trouve le nom du vin entre crochet : [Yellow Tail] ainsi qu’une image de kangourou. Rien de plus simple et de plus identifiable. La contre étiquette, au dos de la bouteille, évite tous les termes oenologiques qui pourraient effrayer le consommateur et se concentre sur transmettre un message simple : c’est un bon vin, il vient d’Australie, il est accessible et vous pourrez facilement le partager.

Il faut ensuite ajouter à cela, une très bonne stratégie marketing et un positionnement prix attractif et vous avez l’histoire d’un succès commercial. Fait intéressant, dans les années suivantes, près d’un vin importée aux États-Unis sur cinq faisait apparaître un animal sur son étiquette.

D’autres études sur l’étiquette et la décision d’achat

Par ailleurs, d’autres études sur l’impact de la couleur d’une étiquette sur les choix du consommateurs ont été réalisées. Par exemple, en 2007, Palmer et Boudreaux ont étudié les différents éléments d’une étiquette de vin. Ils ont montré que la couleur avait un impact très important sur tous les choix du consommateurs.

D’autre part d’autres études ont analysés le poids des différentes informations sur la bouteille de vin pour conduire à l’achat. Dans ces études, l’importance de l’origine apparait comme étant toujours élément prédominant du choix du consommateurs suivi par les cépages, la marque, les accords mets et vins possibles, le millésime, les récompenses obtenues et, enfin, le degré d’alcool.

Pour finir, on remarque une différence entre les vins à l’histoire ancienne comme des régions les plus traditionnelles et les vins nouveaux faits par de jeunes producteurs. La différence la plus claire serait entre un premier grand cru classé de Saint Emilion et un vin nature de la Loire ou du Beaujolais. L’étiquette n’est pas la même car l’histoire et le message à faire passer ne sont pas les mêmes. On a d’une part l’excellence séculaire d’un domaine transmis de génération en génération et d’autre part la tentative d’une nouvelle voie par de jeunes passionnés.

À ce sujet, une étude de 2012 par Elliot et Barth a montré que, sur le marché français, les consommateurs préfèrent les étiquettes traditionnelles peu importe la tranche d’âge à laquelle ils appartiennent. Cette préférence pour des étiquettes traditionnelles vient du fait qu’elles réduisent le risque perçu. Et oui : qui pourrait vous en vouloir d’acheter un mauvais vin alors que l’étiquette est tout ce qu’il y a de plus classique ?

L’étiquette a donc clairement un rôle et vous raconte une histoire. Heureusement, grâce à cet épisode, vous savez maintenant décrypter les étiquettes et en comprendre parfaitement leur sens. Vous allez pouvoir acheter du vin qui vous fait plaisir et mener à bien de nombreuses dégustations.


Et voilà, bravo, vous savez maintenant bien lire une étiquette sur une bouteille de vin. Le vin n’est pas une boisson comme les autres. Il ne suffit pas de lire ce petite bout de papier pour vraiment le comprendre. Apprendre le vin est crucial pour pouvoir enfin en profiter pleinement. Je vous donne donc rendez vous au prochain épisode. En attendant, pour poursuivre vos efforts d’apprentissage du vin, rendez vous dans le Club. Vous pourrez vous inscrire au club et apprendre le vin simplement. C’est gratuit, c’est intéressant et si jamais vous changez d’avis, vous pourrez vous désabonner quand vous le souhaitez. Alors foncez vous inscrire juste après cet épisode à notre club.

Rejoindre le Club

Laisser un commentaire