Le Phylloxera

Le Phylloxera

C’est parti pour le 13e épisode du Club dans lequel nous partons à la découverte du phylloxera. Quand on est passionné par le vin, on entend souvent parler de cet épisode de l’histoire de la viticulture. Partons donc donc à la découverte de celui-ci. Avant de nous plonger dans ces éléments, si c’est la première fois que vous écoutez ce podcast, il existe 12 autres épisodes que vous pouvez déguster juste après celui ci.

Si vous aimez ce podcast, pensez à lui mettre 5 étoiles sur Apple Podcast, c’est l’élément le plus important pour le faire monter dans les classements.

Pour finir, si vous ne voulez plus manquer aucun épisode du Club, rejoignez gratuitement le club.

Rejoindre Le Club

Maintenant que vous avez fait tout ça, plongeons dans l’histoire du Phylloxera.

Qu’est-ce que le phylloxera ?

Le phylloxera est un petit puceron qui fait moins de 0,5 millimètres. Pourtant, c’est l’insecte le plus destructeur que la vigne ait jamais connu et le vignoble en fit l’expérience il y a maintenant quelques années. Par métonymie, son nom est également donné à la maladie dont est atteinte la vigne après son passage.

En particulier, ce petit insecte se nourrit des racines de la vigne en l’affaiblissant petit à petit et conduisant ainsi à sa mort. Cet insecte est aujourd’hui toujours présent dans les vignobles européens mais nous avons développé des techniques permettant de lutter contre ce dernier.

C’est donc du phylloxéra de vigne dont nous allons parler aujourd’hui et de ses conséquences sur le vignoble français et européen.

L’histoire du phylloxera

L’histoire commence dans les années 1860. Des vignes sont atteintes d’une mystérieuse maladie qui se concrétise par des sortent de boursouflures sur les feuilles des vignes. La vigne meurt ensuite progressivement. Le phénomène se propage grandement en France entre 1866 et 1868.

En 1868, à Saint Martin du Crau, trois experts examinent des souches mortes de vignes. En les passant à la loupe, ils voient des milliers de points jaunes. Après de plus amples observations, c’est la découverte de ce petit puceron ravageur : le phylloxéra. Pour lui rendre hommage, c’est précisément Jules-Emile Planchon, un botaniste français, qui découvrit le premier le phylloxéra.

L’insecte est particulièrement terrible car il se reproduit à grande vitesse et est véritablement fatal pour la vigne.

Impact du phylloxéra en France

Le phylloxéra impacte la vigne de toutes les régions de France : Bordeaux, Auvergne, Alsace, Champagne, Bourgogne. Avant le passage du Phylloxéra, la production de vin en France se situait entre 40 et 70 millions d’hectolitres. En 1879, le niveau de production chute à 25 millions d’hectolitres. L’insecte et ses conséquences changent intégralement le vignoble français. Celui-ci passe alors de 2,5 millions d’hectares dédiés à la vigne en 1875 à 1,7 millions en 1903. La majorité du vignoble européen fut impacté par le phylloxéra.

Au delà de ces chiffres au niveau macro, l’impact de ce puceron est dévastateur pour de nombreuses petites exploitations qui perdent l’intégralité de leur vignoble. Autant dire qu’il fallait trouver un traitement au phylloxéra.

Le porte greffe pour lutter contre le phylloxéra

Pour lutter contre le phylloxéra de vigne, de nombreux experts sont mobilisés et de nombreuses expérimentations sont menées. Certains d’entre eux constatent que les plants de vigne américain ne souffrent pas de la maladie. En conséquence, une première expérimentation consiste à planter de la vigne américaine dans les vignobles français. Cette expérience est à double facette. En premier lieu, elle montre que les plants de vigne américains résistent à la maladie. Toutefois, le goût du vin en est grandement impacté.

C’est à ce moment là qu’on inventa le porte-greffe. Celui-ci consiste à greffer sur des plants de vigne américains des greffons de cépages et d’espèces intéressantes. L’expérience est alors plutot concluante puisque cette technique est encore de rigueur dans la grande majorité des domaines viticoles français.

Vigne franche de pied ou porte greffe

Aujourd’hui, certains viticulteurs remettent en cause la place du porte greffe. C’est le cas, par exemple, de Loic Pasquet de Liber Pater. Je vous invite d’ailleurs à écouter l’épisode 20 du podcast en sa compagnie. Il vous explique toute sa vision sur le porte greffe et pourquoi il est possible de faire du vin avec de la vigne franche de pied, c’est à dire sans porte greffe. Les vignes franche de pieds sont encore présentes dans certaines régions à l’étranger comme au Chili par exemple. Vous pouvez également en savoir plus à ce sujet dans la BD sur Liber Pater !


Et voilà, bravo, vous savez maintenant ce qu’est le Phylloxera. Nous avons encore vu que le vin n’est pas une boisson comme les autres. Son histoire est rempli d’épisodes incroyables mais parfois dramatiques. Apprendre le vin est crucial pour pouvoir enfin en profiter pleinement. Je vous donne donc rendez vous au prochain épisode. En attendant, pour poursuivre vos efforts d’apprentissage du vin, rendez vous sur Le Club. En vous inscrivant, vous pourrez être averti des prochains épisodes et avoir tous les bonus qui y sont associés et apprendre le vin simplement. C’est gratuit, c’est intéressant et si jamais vous changez d’avis, vous pourrez vous désabonner quand vous le souhaitez. Alors foncez vous inscrire juste après cet épisode à notre club.

Rejoindre Le Club

Comme vous, je suis passionné par le vin. Au travers de ce podcast, j’essaye de transmettre cette passion et la connaissance du vin. Ça m’aide donc beaucoup si vous prenez quelques minutes pour laisser la note de 5 étoiles à ce podcast sur Apple Podcast. Vous pouvez aussi laisser un petit commentaire sympathique. Je vous invite donc à le faire maintenant que l’épisode est fini.

Laisser un commentaire